top of page
  • Facilit&CO

Re-Végétaliser nos villes : Pourquoi et comment ?



Dans une ère où la Nature trouve une place de choix dans les aspirations collectives et où la préservation environnementale est cruciale, la végétalisation des espaces urbains ne se limite plus à une tendance passagère. Au-delà du simple aspect esthétique, l'introduction d'espaces verts en ville comporte une multitude d'avantages pour les citadins, l'écosystème local et l'économie. Explorons les raisons et les moyens de végétaliser nos cités.


Pourquoi opter pour la végétalisation ?

Les arbres, connus pour être des pourvoyeurs d'oxygène essentiels, représentent la première ligne de défense contre la pollution urbaine. En absorbant les particules nocives, ils transforment l'air pollué en un souffle d'oxygène pur. En une année, les grands arbres peuvent capturer jusqu’à 5,4 tonnes de CO2 et 20 kg de poussière, soulageant ainsi l'environnement.

Au-delà de cette contribution vitale, les espaces verts influent positivement sur le bien-être individuel et collectif. Vivre à proximité de ces oasis végétales réduit le stress, l'anxiété et les problèmes respiratoires. Ils encouragent également les activités physiques, renforcent le tissu social et favorisent les interactions.

De plus, la végétation contribue à la purification naturelle des eaux, des sols et de l'air, prévenant ainsi les inondations et maintenant l'équilibre écologique. Elle agit aussi comme un amortisseur sonore, améliorant l'acoustique des espaces clos.


Des bienfaits multiples.

Réduction du Stress :

La végétalisation urbaine, en particulier la présence d'espaces verts, a démontré de manière significative son rôle dans la réduction du stress quotidien des citadins. Des recherches ont montré que l'exposition à la nature, telle que celle offerte par les parcs urbains ou les zones arborées, est associée à une diminution du cortisol, l'hormone du stress. Les espaces verdoyants fournissent un refuge visuel et sensoriel, créant une atmosphère apaisante qui contraste avec le tumulte de la vie urbaine.


Effet sur les Problèmes Respiratoires :

La végétalisation urbaine contribue à améliorer la qualité de l'air, ce qui a des répercussions directes sur la santé respiratoire. Les arbres agissent comme des filtres naturels, absorbant les particules nocives et libérant de l'oxygène. Cette purification de l'air est particulièrement cruciale dans un contexte urbain, où la pollution atmosphérique peut être un facteur majeur de problèmes respiratoires. Ainsi, la végétation aide à créer un environnement propice à une respiration plus saine.


Encouragement aux Activités Physiques :

Les espaces verts favorisent l'adoption d'un mode de vie actif en encourageant les activités physiques. Les parcs et jardins offrent des opportunités pour la marche, la course, le vélo et d'autres exercices en plein air. Cette accessibilité aux activités physiques contribue à promouvoir la santé cardiovasculaire, à maintenir un poids corporel sain et à réduire les risques liés à la sédentarité. Ainsi, la végétalisation urbaine devient un catalyseur pour des modes de vie plus actifs et sains.


Amélioration de l'Acoustique :

La végétalisation urbaine joue également un rôle dans l'amélioration de l'acoustique des environnements urbains. Les espaces verts agissent comme des écrans sonores naturels, absorbant les bruits indésirables provenant du trafic et d'autres sources urbaines. Cette fonction d'amortissement sonore crée des espaces plus paisibles, favorisant la concentration, la relaxation et même la qualité du sommeil pour les résidents environnants.


Renforcement du Lien Social :

Les espaces verts servent de points de rassemblement communautaires, favorisant le renforcement du lien social. Les parcs, places et jardins deviennent des endroits propices aux rencontres informelles, aux événements communautaires et aux activités sociales. La végétalisation urbaine offre ainsi des opportunités pour créer des liens entre les résidents, renforçant le tissu social et contribuant à une communauté plus engagée et résiliente.

Ces aspects combinés démontrent la diversité des avantages que la végétalisation urbaine apporte à la santé physique et mentale des citadins, en plus de ses bienfaits écologiques évidents.


Impact sur la Biodiversité :

La végétalisation urbaine est un moteur essentiel de la biodiversité locale. L'introduction de parcs, de jardins et d'espaces verts en milieu urbain crée des habitats pour une variété d'espèces végétales et animales. Ces zones deviennent des refuges pour une diversité d'insectes, d'oiseaux et même de petits mammifères, contribuant ainsi à l'équilibre et à la richesse de la vie urbaine. En encourageant la présence d'une flore et d'une faune variées, la végétalisation urbaine favorise la pollinisation des plantes, soutient les cycles écologiques et contribue à maintenir un écosystème plus sain au sein des villes.


Lutte contre les îlots de chaleur :

La végétalisation urbaine se présente comme une solution efficace pour contrer les îlots de chaleur, ces zones où la chaleur est excessivement élevée en raison de l'urbanisation intense. Les espaces urbains minéralisés absorbent et retiennent la chaleur, créant ainsi des températures nettement plus élevées que dans les zones rurales avoisinantes. L'introduction d'espaces verts, de parcs et d'arbres en milieu urbain joue un rôle crucial dans la régulation thermique. Ces zones végétalisées agissent comme des régulateurs naturels de température, offrant de l'ombre et permettant la circulation de l'air, contribuant ainsi à abaisser les températures locales. Cette action de réduction des îlots de chaleur contribue à rendre les villes plus vivables et confortables, offrant un environnement urbain plus frais et agréable, tout en réduisant la dépendance aux systèmes de climatisation énergivores.


Impact sur les Emplois Locaux :

La végétalisation urbaine offre également des opportunités économiques locales en générant des emplois dans divers secteurs. Les projets de végétalisation nécessitent des compétences variées telles que l'aménagement paysager, l'horticulture, la conception de jardins, la gestion des parcs et des espaces verts. Les municipalités, entreprises spécialisées et initiatives communautaires engagées dans la végétalisation urbaine créent ainsi des postes pour les habitants locaux, stimulant l'économie et renforçant les compétences au sein de la communauté. Ces initiatives contribuent à dynamiser l'économie locale tout en apportant des bénéfices tangibles à la santé et à l'environnement urbain.





Quels sont les moyens disponibles pour végétaliser une ville ?

Sensibiliser pour transformer

La réintroduction de la nature dans les villes nécessite une sensibilisation et une mobilisation des habitants. La demande pour des espaces verts en milieu urbain est manifeste, près de 90% des résidents exprimant le désir d'une interaction quotidienne avec la végétation. Cette sensibilisation passe par l'information sur les nombreux bienfaits de la végétalisation. Des initiatives telles que la création de parcs collectifs et de zones partagées visent à rendre la nature plus accessible au cœur même de nos cités.


Cultiver la connaissance pour nourrir la nature

La diversité climatique locale exige une connaissance approfondie des spécificités environnementales pour choisir les végétaux les mieux adaptés. Éduquer sur ces variations climatiques, de la température à la pollution, garantit un choix judicieux des plantes et arbres à intégrer dans le paysage urbain. La culture de ces connaissances participe à la préservation et à la croissance des espaces verts, contribuant ainsi à une symbiose harmonieuse entre la ville et la nature.


Le Permis de végétaliser : Dispositif en place depuis 2015

Familiarisez-vous avec le permis de végétaliser, un dispositif instauré dans plusieurs villes de France depuis 2015. Il permet à tout résident de contribuer à la végétalisation en plantant des fleurs, des arbustes ou en installant des jardinières mobiles autour des espaces urbains. Accessible à tous, ce permis ne requiert aucune expertise préalable, simplement une volonté de revitaliser l'environnement urbain.


Ce permis découle de l'article L2125-1, 2° du Code général de la propriété des personnes publiques. Son obtention gratuite est conditionnée par sa contribution à la conservation du domaine public. Si son attribution n'est pas obligatoire pour les collectivités, toute activité de jardinage dans les rues sans cette autorisation est prohibée. Les demandes peuvent provenir de particuliers ou d'entités morales telles que des associations. Cependant, certaines communes exigent des requêtes collectives de riverains pour les demandes individuelles.


Les mairies ont le pouvoir de délivrer ces permis, s'inscrivant dans une perspective de réintroduction de la nature en ville, de préservation de la biodiversité, et d'amélioration de la qualité de vie des habitants. Leur but est également de susciter l'engagement citoyen dans l'embellissement de l'environnement urbain. Chaque municipalité établit sa propre procédure d'obtention du permis. Après dépôt de la demande, la commune étudie la viabilité du projet, accordant une autorisation temporaire si ce dernier est validé.


L'obtention du permis est souvent assortie d'une charte de végétalisation. Celle-ci implique la responsabilité de l'arrosage, de l'entretien et du choix de végétaux adaptés à l'environnement urbain définis par ladite charte. La durée de validité varie selon les villes. Les végétaux à utiliser sont généralement précisés dans la charte, interdisant souvent l'utilisation de produits nocifs.


Certaines zones, telles que les bacs urbains, les pieds d'arbre, les trottoirs et les terre-pleins, peuvent être végétalisées selon des conditions et des directives spécifiques établies par chaque municipalité.


Le cas nantais :

Le conseil municipal de Nantes a adopté le « Plan pleine terre » avec pour objectif la transformation de 7 hectares de surfaces bitumées en espaces naturels, favorisant ainsi le développement de la végétation et de la biodiversité. Cette initiative s'inscrit dans la continuité des engagements de la municipalité en faveur des espaces verts en ville. Le nouveau plan vise à réduire les surfaces minérales, responsables de l'augmentation de la chaleur et du blocage des eaux de pluie, afin de restaurer des sols naturels perméables tout en augmentant la présence d'arbres et de végétation à travers la ville.


Delphine Bonamy, adjointe à l’Agenda 2030, souligne l'urgence de cette action, surtout après une série de canicule exceptionnelle, mettant en évidence la nécessité de retrouver des sols vivants et de promouvoir davantage la végétation pour contrer les îlots de chaleur, limiter les risques d'inondations et préserver la biodiversité. Elle affirme que ce plan ambitieux constituera une réponse efficace face au réchauffement climatique, rendant la ville plus résiliente et agréable pour ses habitants. Ce projet vise également à offrir de nouveaux espaces naturels pour se protéger de la chaleur, se détendre, pratiquer des activités sportives et favoriser les rencontres entre citadins.


À l'horizon 2026, l'objectif est de végétaliser en pleine terre l’équivalent de la surface du Jardin des plantes, soit un minimum de 7 hectares. Initié en 2021, ce plan cible en premier lieu la voirie et les espaces publics. Il vise à introduire de la végétation partout où le bitume n'est pas essentiel, lors de la création de zones piétonnes, de pistes cyclables ou de réaménagements d'espaces publics. Les actions seront priorisées dans les zones urbaines souffrant d'îlots de chaleur, de problèmes d'inondation et de carences en espaces verts, notamment au centre-ville, à Malakoff, Bellevue-Chantenay, etc.


Un accent particulier sera mis sur les cours d'écoles, les crèches, les squares, et les jardins où subsiste une surface bitumée inutilisée, tout comme sur les espaces le long des cours d’eau avec la création de 50 îlots de biodiversité. Des liaisons entre les parcs seront établies, déjà initiées entre le Jardin des plantes et le parc de la Moutonnerie. Pour accélérer ce mouvement, d'autres initiatives sont envisagées, telles que la végétalisation des sites de soins et la création d'espaces végétalisés le long des boulevards du 19e siècle.


Ce plan de débitumisation comprend aussi bien des petites opérations que des espaces de plus de 200 m² consécutifs, visant à maximiser les bénéfices écologiques. Tous les nouveaux projets de la Ville devront désormais intégrer cet effort de renaturation, en proposant des surfaces de pleine terre supérieures de 15 à 25 % par rapport à la situation existante, et au moins 50 % d'arbres en plus.





Facilit&CO accompagne l'émergence d'initiatives et le déploiement de projets de transition écologique.


L'équipe Facilit&CO.


15 vues0 commentaire

Comentários


bottom of page